mainimg_voice_1132x249.jpg

title_tag_04.png

Kesil Copol


Language

contact おといあわせ

Click here for course
consultation or quotes!

Direct Inquiry form

Email your inquiry

info at wahahanihongo.com

Call with your inquiry

TEL : +81-92-737-2288

FAX : +81-92-737-2289

ttl_gallaryblog.gif

 

生徒の声

Kesil Copol
フランス

Standard Course

France

Kesil Copol

Bonjour,

Je m’appelle Kesil Copol, je suis âgé de 23 ans et je suis originaire de Bordeaux. J’ai toujours rêvé de venir au Japon depuis mon plus jeune âge, et je voulais découvrir ce pays dont beaucoup me parlent par mes propres yeux.
C’est pour cela que dès que j’ai pu avoir l’occasion de venir au japon je l’ai saisi sur le coup. Je suis donc au Japon depuis septembre 2012, et plus particulièrement à Fukuoka, car cette ville m’a particulièrement été recommandée, et en plus elle est jumelée avec Bordeaux (mais cela ne m’apporte aucune aide !).
J’ai donc cherché une école de japonais sur Fukuoka, en français en tout premier lieu, (car je ne parlais pas du tout anglais et pas du tout japonais) et puis j’ai finalement décidé de faire une école de japonais qui enseigne le japonais en anglais pour travailler les deux langues.

Kesil-01.jpg
C’est en cherchant sur internet que j’ai trouvé l’école WAHAHA nihongo school. Elle m’a donné un contact français ,Céline, qui m’a beaucoup renseigné sur cette école. J’ai donc fait mon choix, et je suis vraiment ravi d’avoir pu trouver une école qui sache m’apprendre le japonais, l’anglais, et me fasse découvrir le Japon.
J’ai donc commencé en groupe de trois, pendant un mois en cours intensif. Pendant les périodes de cours, l’école propose de faire des voyages organisés ou bien des sorties en groupe pour s’intégrer à la vie japonaise. C’est comme cela que je me suis fait plein d’amis japonais et que j’ai pu partager plusieurs expériences avec eux.
A la fin de mon premier mois, ayant fini les cours de japonais, j’ai pris mon courage à deux main pour chercher un baito et travailler au japon. J’ai trouvé à Maison de Yoshida, un restaurant français ; puis j’ai travaillé pour un restaurant japonais où je ne suis resté qu’une semaine car mon japonais était très moyen. Puis j’ai fini par travailler a Vito, un bar restaurant spécialisé dans la glace à l’italienne. J’ai donc travaillé là-bas pendant trois mois tout en perfectionnant mon japonais.
Pendant ma période de recherche d’emploi, l’école m’a beaucoup aidé. Par exemple, je faisais des traductions et en échange j’avais des cours de japonais. Du coups je gardais un suivi en japonais.

Kesil-02.jpg
Ils sont toujours présents pour nous soutenir dans nos démarches au Japon, et ils continuent de nous suivre même après la fin des cours. C’est pour cela et bien plus encore que je recommande plus que tout WHAHAHA

Copol kesil.